RSS   Help?
add movie content
Back

La magie des chutes Victoria

  • Mosi-o-tunya Road, Livingstone, Zambia
  •  
  • 0
  • 68 views

Share

icon rules
Distance
0
icon time machine
Duration
Duration
icon place marker
Type
Panorama
icon translator
Hosted in
Francese

Description

Il n'y a aucune chance que cela puisse être considéré comme un coin secret du monde. C'est l'un des endroits les plus célèbres de la planète. Une chute d'eau inimitable de 108 mètres de haut avec une paroi de 1700 mètres de haut (deux fois plus haute que les chutes du Niagara). Et pourtant, oui, ça l'est. Car s'il est vrai que les chutes d'eau découvertes le 16 novembre 1855 par Livingstone au cours de l'une des plus célèbres aventures exploratoires de tous les temps figurent depuis ce jour sur la liste de tous les voyageurs, il est également vrai qu'il existe de nombreuses façons - surtout aujourd'hui - de les visiter. Et la tâche de SCOW est précisément de proposer non seulement le coin du monde le plus intéressant, mais aussi l'angle (italique), le point de vue qui rend le mieux la rencontre avec un lieu particulier. Dans le cas des chutes Victoria, certains aficionados un peu snobs pourraient suggérer de les "voir" de très, très loin. C'est-à-dire pour observer le nuage de vapeur créé par les grandes chutes d'eau (leur nom indigène est Smoke That Thunders) qui peuvent déverser leurs eaux à des dizaines de kilomètres de distance, au milieu de la savane aride. Il est également très agréable de survoler les chutes dans un petit avion. Mais il n'y a qu'une seule vue qui vous coupe le souffle. Il suffit d'approcher les chutes Victoria du côté zimbabwéen, et de préférence depuis le jardin du glorieux Victoria Falls Hotel. De là, il y a un sentier (à gauche) qui mène à travers un fourré jusqu'au bord de la Gorge, la gorge profonde qui crée les chutes. Le bosquet est sombre, on ne peut pas voir le Zambèze plonger dans le vide, mais on peut entendre le rugissement. C'est comme un rideau naturel, qui révèle lentement une grande beauté. Parce que lorsque vous arrivez au précipice (il n'y a pas de barrières, pas de panneaux et pas d'autres modernités) et que vous voyez enfin la plus grande masse d'eau tombante de la planète, et que vous êtes enveloppé de vapeur et de dizaines d'arcs-en-ciel, votre souffle, à ce moment-là... s'arrête. Livingstone, en ce lointain 16 novembre, a dû avoir la même réaction. (extrait du site web du SCOW)

image map
footer bg