RSS   Help?
add movie content
Back

Le quartier résidentiel de Palazzine

  • Viale Alfa Romeo, 80038 Pomigliano d\'Arco NA, Italia
  •  
  • 0
  • 55 views

Share

icon rules
Distance
0
icon time machine
Duration
Duration
icon place marker
Type
Altro
icon translator
Hosted in
Francese

Description

Le complexe urbain et industriel de Pomigliano est l'aboutissement d'une longue série d'interventions urbaines et architecturales réalisées pendant la période fasciste, alors que la pratique de la construction de villages et de quartiers ouvriers, de villes nouvellement fondées et refondées, ainsi que des exemples d'évidement, d'éclaircissement, de villages et de communautés rurales était répandue dans toute l'Italie, chacune motivée par des exigences précises non seulement résidentielles mais aussi politiques et propagandistes. Les transformations architecturales et urbaines de Pomigliano avaient en effet pour but de sanctionner la présence de l'État fasciste dans une région, comme Naples et sa province, qui comptait d'éminents intellectuels en opposition ouverte avec l'idéologie fasciste.Après la construction d'Alfa Romeo, et suite à l'approbation du plan d'urbanisme en 1942, les travaux de l'établissement urbain de Pomigliano, destiné à accueillir les ouvriers, commencent. La technique d'urbanisme rationaliste adoptée par le fascisme consiste en un plan rigide en forme d'échiquier basé sur la superposition de lignes parallèles et perpendiculaires (cardo et decumanus). Dans le cas de Pomigliano, on ne peut pas parler d'un village ouvrier du XIXe siècle, ni d'une ville sociale, et encore moins d'une nouvelle ville qui aurait englouti le noyau d'origine, jusqu'à ce qu'il soit identifié comme une ville-usine, comme ce fut le cas à Turin. Le quartier résidentiel de Pomigliano était l'établissement urbain composé des bâtiments qui servaient de logement aux ouvriers et aux employés. À l'instar de ce qui a été fait à Colleferro, trois types de logements ont été construits ici : des villas pour les cadres, des maisons pour les employés et des logements pour les ouvriers. La zone résidentielle était bien distincte et séparée du complexe industriel et de la vieille ville, non pas tant en raison de la nécessité d'éclaircir les bâtiments que pour protéger les résidents en cas de raids aériens. Dans la grande zone résidentielle au sud de l'établissement industriel, on reconnaît immédiatement les quatre blocs qui ont été construits en premier en 1940. Il s'agit de bâtiments en ligne avec un total de 600 logements, dont 552 pour les travailleurs, avec un potager individuel dans la cour d'environ 90 m², véritable expression de la ruralité. L'utilisation profitable du potager domestique, appelé jardin, était considérée comme un lien d'affection fort entre le locataire et le lieu. La relation verte entre le locataire et la résidence est alors devenue l'une des composantes essentielles de la conception de la nouvelle idée de la ville, qui se répandait généralement en Europe. Les cités-jardins ont non seulement répondu à la nécessité d'offrir une alternative esthétique à la ville historique, mais elles ont également assuré une rationalisation maximale de l'utilisation des sols avec des coûts d'urbanisation minimaux. Le projet Pomigliano en particulier est comparable, tant par sa morphologie de type que par la taille du projet, aux célèbres blocs à cour construits en Hollande et en Allemagne dans les années 1920 et 1930. Le point d'appui du nouveau quartier, appelé Palazzine, était et est représenté par l'intersection des routes principales, viale Alfa et via Terracciano ; le corps de bâtiments qui constituait les logements ouvriers s'étendait parallèlement à viale Alfa. Ce groupe d'habitations est constitué de solutions collectives de type linéaire, avec des corps rectilignes disposés en bordure de route, en un nombre de huit éléments parallèles, groupés deux par deux, l'arrière de chaque élément donnant sur une zone verte utilisée comme jardin potager. Les appartements pour cols blancs étaient situés à l'avant de chacun des huit bâtiments et se distinguaient des appartements pour ouvriers non seulement par leur position à l'extrémité du bâtiment, mais aussi par leur composition interne et leurs choix stylistiques. Chaque bâtiment ne comportait que trois étages et dix entrées. Les portails d'entrée peuvent être considérés comme la seule concession artistique qui éloigne le Palazzine de la rigueur esthétique élémentaire, grâce aux carreaux de terre cuite, d'un artiste inconnu, placés au-dessus de chaque portail et représentant des ouvriers à des moments clés de leur travail dans l'usine.A Pomigliano, la zone réservée, qui abritait les logements des techniciens spécialisés et les villas des cadres, était physiquement séparée selon un ordre hiérarchique, fonctionnel à l'organisation politique et commerciale. L'architecture rationaliste fasciste a été utilisée en particulier pour la construction de bâtiments ayant une fonction sociale : le musée, la crèche, l'hôtel, l'école d'entreprise, l'immeuble de bureaux, la nouvelle gare Circumvesuviana, déjà construite en 1936, et les installations sportives et récréatives pour les employés. L'architecte milanais Alessandro Cairoli, qui a conçu le plan d'urbanisme de Pomigliano en 1939, a proposé des solutions stylistiquement hétérogènes, qui s'inspirent de l'école allemande pour le tracé urbain du quartier résidentiel, de solutions constructivistes pour les têtes des maisons des employés et de l'école maternelle, et du Novecento romain pour l'école d'entreprise.Après la Seconde Guerre mondiale, la construction de la ville industrielle, seul modèle de colonie industrielle sous le fascisme dans le sud de l'Italie, a été interrompue. Aujourd'hui, la structure fasciste de Pomigliano n'est reconnaissable qu'à travers le réseau routier urbain et les quelques traces que les bâtiments restants conservent de leur physionomie caractéristique d'origine, désormais cachée par le tissu immobilier dense qui s'est construit autour. (Tiré de Storia di Pomigliano d'Arco - Basile , Esposito)

image map
footer bg