RSS   Help?
add movie content
Back

Basilique Saint-Paul-hors-les-murs

  • Viale Di San Paolo, 1, 00146 Roma, Italia
  •  
  • 0
  • 45 views

Share

icon rules
Distance
0
icon time machine
Duration
Duration
icon place marker
Type
Luoghi religiosi
icon translator
Hosted in
Francese

Description

Au début du IVe siècle, avec la fin des persécutions et la promulgation des édits de tolérance en faveur du christianisme, l'empereur Constantin ordonna l'excavation de la cella memoriae, le lieu où les chrétiens vénéraient la mémoire de l'apôtre saint Paul, décapité sous Néron vers 65-67 après J.-C. Au-dessus de sa tombe, située le long de la voie Ostiense, à environ deux kilomètres à l'extérieur des murs d'Aurélien qui entourent Rome, Constantin construisit une basilique qui fut consacrée par le pape Sylvestre en 324. Entre 384 et 395, sous les empereurs Théodose, Valentinien II et Arcadius, la basilique a été restaurée et agrandie selon un vaste projet composé de cinq nefs s'ouvrant sur un atrium (quadriportico), ou cour avec quatre rangées de colonnes. Au cours des siècles, la basilique ne cessera d'être embellie et améliorée par les papes. Par exemple, l'énorme mur défensif a été construit pour se protéger des invasions à la fin du IXe siècle, tandis que le clocher et la magnifique porte byzantine ont été construits au XIe siècle. Parmi les autres ajouts importants, citons les mosaïques de Pietro Cavallini sur la façade, le magnifique cloître de la famille Vassalletto, le célèbre baldaquin gothique d'Arnolfo di Cambio et le candélabre pour le cierge pascal attribué à Nicola d'Angelo et Pietro Vassalletto au XIIIe siècle. Cette période historique représente l'âge d'or de ce qui avait été la plus grande basilique de Rome, jusqu'à la consécration de la nouvelle basilique Saint-Pierre en 1626. Ce lieu sacré de pèlerinage chrétien était réputé pour ses œuvres artistiques. Dans la nuit du 15 juillet 1823, un incendie a détruit ce témoignage unique des périodes paléochrétienne, byzantine, Renaissance et baroque. La basilique a été reconstruite à l'identique, en utilisant tous les éléments qui avaient survécu à l'incendie. En 1840, le pape Grégoire XVI consacre l'autel de la Confession et le transept. D'autres embellissements ont suivi la reconstruction. En 1928, le portique à 150 colonnes a été ajouté. Les travaux contemporains dans la basilique ont permis de mettre à jour la tombe de l'Apôtre, tandis que d'autres travaux importants et bénéfiques sont réalisés, comme par le passé, grâce à la générosité des chrétiens du monde entier. Au Ve siècle, sous le pontificat de Léon le Grand, la basilique devient le siège d'une longue série de médaillons qui, jusqu'à aujourd'hui, représentent tous les papes de l'histoire. Cela témoigne, de manière extraordinaire, de "la très grande, très ancienne et universellement connue Église fondée et organisée à Rome par les deux plus glorieux Apôtres, Pierre et Paul" (Saint Irénée, Adversus Haereses 3, 3,2). Saint Paul Hors-les-Murs constitue un complexe extra-territorial (Motu Proprio du Pape Benoît XVI, 30 mai 2005), administré par un archiprêtre. Outre la basilique papale, l'ensemble comprend une très ancienne abbaye bénédictine, restaurée par Odon de Cluny en 936. Cette abbaye reste active aujourd'hui encore sous la direction de son abbé qui conserve sa juridiction ordinaire intra septa monasterii. Les moines bénédictins de l'ancienne abbaye, fondée près du tombeau de l'Apôtre par le pape Grégoire II (715-731), s'occupent du ministère de la réconciliation (ou pénitence) et de la promotion d'événements œcuméniques spéciaux. C'est dans cette basilique que s'ouvre solennellement, chaque année, en la fête de la conversion de saint Paul, le 25 janvier, la semaine de prière pour l'unité des chrétiens. Le Pape a spécifié deux tâches privilégiées pour cette basilique papale : le sacrement de la réconciliation (ou pénitence) et le développement et l'organisation d'initiatives œcuméniques. Le 28 juin 2007, le pape Benoît XVI a visité la basilique et a annoncé que l'année suivante serait désignée "Année paulinienne" pour commémorer le bimillénaire de la naissance de saint Paul. Ainsi, l'"Année paulinienne" s'est déroulée du 28 juin 2008 au 29 juin 2009. LA TOMBE DE L'APÔTRE En 61 après J.-C., Paul est arrivé à Rome pour y être jugé. C'est là qu'il a été décapité entre 65 et 67 après J.-C. Son corps a été enterré à deux kilomètres du lieu de son martyre, dans la zone sépulcrale le long de la voie Ostiense, appartenant à une femme chrétienne pieuse nommée Lucina, qui faisait partie d'un lieu de sépulture préexistant. Même s'il était chrétien, il était possible d'enterrer l'apôtre Paul dans une nécropole romaine, en raison de sa citoyenneté romaine. Peu de temps après, sa tombe allait devenir un lieu de culte et de vénération. Sur elle a été érigée une cella memoriae ou tropaeum, c'est-à-dire un mémorial, où, durant les premiers siècles de persécution, de nombreux fidèles et pèlerins allaient prier, puisant la force nécessaire pour mener à bien l'œuvre d'évangélisation de ce grand missionnaire. LA PIERRE TOMBALE EN MARBRE A 1,37 mètres sous l'actuel autel papal se trouve une pierre tombale en marbre (2,12 m. x 1,27 m.), portant l'inscription latine PAULO APOSTOLO MART (Apôtre Paul, martyr) . Elle est composée de plusieurs morceaux. Sur la pièce où est écrit PAULO, il y a trois trous, un rond et deux carrés. LE SARCOPHAGE C'est au-dessus d'un sarcophage massif, mesurant 2,55 mètres de long, 1,25 mètre de large et 0,97 de haut, que furent placés plus tard les "Autels de la Confession". Lors de récents travaux dans la basilique, une grande ouverture en forme de fenêtre a été réalisée juste en dessous de l'autel papal, afin de permettre aux fidèles de voir la tombe de l'Apôtre. LE BÂTIMENT DE CONSTANTIN L'empereur Constantin, qui a régné de 306 à 332 après J.-C., a mis fin aux persécutions contre les chrétiens, en proclamant l'édit de Milan en 313 après J.-C., qui établit la liberté de culte. Il favorise la construction de lieux de culte chrétiens, notamment celui qui commémore l'Apôtre. Il ordonne l'érection d'un lieu de culte au-dessus de son tombeau [1]. On pourrait penser que ce premier édifice était très petit car probablement, avant sa construction, il existait la structure d'une domus ecclesiae, c'est-à-dire une église domestique. Le 18 novembre 324 après J.-C., la basilique a été consacrée par le pape Sylvestre Ier (314 après J.-C. - 335 après J.-C.). Après les importants travaux de restauration de 2006, on peut constater en observant le sol que l'abside était orientée vers l'est selon la coutume de l'époque. La magnifique Basilique des Trois Empereurs En 395, elle fut consacrée par le pape Silicius (384-399). Afin d'agrandir la basilique, alors trop petite pour l'afflux continu de pèlerins, il fut nécessaire de changer son orientation, d'est en ouest. Le style de sa structure était byzantin, mesurant 131,66 mètres de long, 65 mètres de large et 30 mètres de haut. Elle a été construite selon un plan qui prévoyait cinq nefs (une grande nef centrale de 29,70 mètres de long, flanquée de quatre nefs latérales) toutes soutenues par une "forêt" de 80 colonnes monolithiques en granit et son quadriportique (70 mètres de long), c'est-à-dire une cour à quatre rangées de colonnes. Elle était la plus grande basilique romaine jusqu'à la reconstruction de Saint-Pierre. Témoignant de l'amour de l'Église pour ce lieu, les papes n'auront de cesse, au cours des siècles suivants, de la restaurer et de l'embellir en y ajoutant des fresques, des mosaïques, des peintures et des chapelles. En une seule nuit, la basilique est détruite par un incendie. Un appel important est lancé par le Pape Léon XII à tous les fidèles : la Basilique doit être reconstruite à l'identique, en réutilisant les éléments préservés de l'incendie, de telle sorte que la tradition chrétienne puisse être maintenue comme elle l'a été depuis ses origines. Des parties ont été déplacées, restaurées, démolies et reconstruites [2]. Non seulement une multitude de catholiques ont répondu à l'appel, mais des dons sont arrivés du monde entier. Par exemple, des blocs de malachite et de lapis-lazuli ont été donnés par le tsar Nicolas Ier. Ils allaient être utilisés pour la construction des deux somptueux autels latéraux du transept. Le roi Fouad Ier d'Égypte a offert des colonnes et des fenêtres en albâtre très fin, tandis que le vice-roi d'Égypte, Mohamed Ali, a contribué en offrant des colonnes en albâtre.

image map
footer bg