RSS   Help?
add movie content
Back

Villa del Balbianello

  • 22021 Bellagio CO, Italia
  •  
  • 0
  • 48 views

Share

icon rules
Distance
0
icon time machine
Duration
Duration
icon place marker
Type
Palazzi, Ville e Castelli
icon translator
Hosted in
Francese

Description

À la fin du XVIIIe siècle, l'entrée principale de la Villa était un escalier raide donnant sur le lac. Une devise gravée sur le sol du portique surplombant le petit port accueillait les invités : "Fay ce que voudras", une description parfaite de l'esprit de ce "lieu de délices". La splendide Villa del Balbianello se dresse sur un promontoire saisissant qui surplombe le lac de Côme. En montant à la loggia, vous pourrez admirer le paysage lacustre dans toute sa majesté : d'un côté la Tremezzina, qui s'ouvre sur le cœur du lac, et de l'autre l'Isola Comacina. On raconte que c'est dans les pièces placées symétriquement de part et d'autre du portique (la bibliothèque et la salle de musique, aujourd'hui salle du cartographe) que Giuseppe Parini a composé son ode "Gratitude", dédiée au cardinal Durini. La villa a été construite en 1787 sur un monastère franciscain préexistant par le cardinal Angelo Maria Durini. A la mort du cardinal en 1796, elle fut héritée par son neveu Luigi Porro Lambertenghi, qui avait Silvio Pellico comme précepteur pour ses enfants. La propriété a ensuite été acquise par Giuseppe Arconati Visconti, qui a accueilli dans son salon de grands intellectuels tels que Giovanni Berchet, Giuseppe Giusti et Alessandro Manzoni. Le fils de Giuseppe, Gianmartino Arconati Visconti, fit apporter des améliorations au jardin et à la loggia, mais le déclin progressif de la famille correspondit à l'abandon progressif de la villa, qui fut abandonnée à son sort pendant plus de trente ans. La Villa del Balbianello est tombée dans un état d'abandon jusqu'à ce qu'un officier américain, Butler Ames, l'achète et rénove le jardin. En 1974, il a été acheté par l'explorateur Guido Monzino, héritier de la famille qui a fondé Standa, qui l'a meublé avec des souvenirs de ses expéditions. Monzino, qui est mort sans héritiers en 1988, a finalement légué la villa au Fondo Ambiente Italiano, l'actuel propriétaire du bâtiment, qui l'entretient dans l'état dans lequel l'explorateur lombard l'a laissée.

image map
footer bg