RSS   Help?
add movie content
Back

Bronzes de Riace

  • Via Giuseppe de Nava, 26, 89123 Reggio Calabria RC, Italia
  •  
  • 0
  • 47 views

Share

icon rules
Distance
0
icon time machine
Duration
Duration
icon place marker
Type
Arte, Teatri e Musei
icon translator
Hosted in
Francese

Description

Les deux sculptures ont été trouvées en 1972 dans la mer Ionienne, à 300 mètres de la côte de Riace, dans la province de Reggio Calabria. L'analyse stylistique et scientifique des matériaux et des techniques de moulage a permis de déterminer la différence substantielle entre les deux statues : elles doivent être attribuées à deux artistes différents et à deux époques différentes. L'attribution actuelle, fondée sur les comparaisons stylistiques possibles aujourd'hui, consiste à dater les deux statues, l'une de 460 av. J.-C., à l'époque sévérienne, l'autre de l'époque classique, et plus précisément d'environ 430 av. Les statues ont probablement été fabriquées à Athènes et ont été retirées pour être transportées à Rome, peut-être à destination de la maison d'un riche patricien. Mais le bateau qui les transportait a dû couler et la précieuse cargaison a fini par être immergée dans le sable à une profondeur d'environ 8 mètres. Il n'est pas exclu qu'une tentative de récupération ait déjà eu lieu à l'époque, qui s'est soldée par un échec, de sorte que les statues sont restées coincées dans les fonds marins pendant environ deux mille ans avant de revenir nous montrer toute leur splendeur. Les deux statues, appelées "A" et "B", et renommées à Reggio "le jeune" et "le vieux", mesurent respectivement 1,98 et 1,97 m. Leur poids, qui était à l'origine de 400 kg, a été ramené à environ 160 kg, grâce à l'élimination de la terre de coulée. En ce qui concerne les deux statues, bien qu'elles fassent encore l'objet de spéculations, scientifiques ou autres, certains points fermes peuvent être affirmés : 1) Les deux statues sont en bronze, avec très peu d'épaisseur, à l'exception de quelques détails en argent, calcite et cuivre. Les dents de la Statue A sont en argent. En cuivre, on trouve les mamelons, les lèvres et les cils des deux statues, ainsi que les traces d'un capuchon sur la tête du Bronze B. En calcite blanche se trouve la sclérotique des yeux, dont les iris ont été réalisés en pâte de verre, tandis que la caroncule lacrymale est d'une pierre rose. 2) Les bronzes de Riace sont des œuvres originales datant du milieu du Ve siècle avant J.-C., présentant des similitudes si frappantes entre elles qu'il est certain qu'elles ont été conçues et réalisées par le même maître. 3) Leur style exclut le travail attique, mais se réfère aux caractéristiques stylistiques doriques, typiques du Péloponnèse et de l'Occident grec. 4) En ce qui concerne les différences chronologiques relevées par de nombreux chercheurs, on ne peut manquer de reconnaître comment, à l'exception de la zone abdominale et du rendu du visage, le reste du corps des deux statues est étonnamment similaire, avec des détails qui rendent certain qu'elles ont été réalisées par la même main de l'artiste. Cette observation conduit à considérer les deux statues comme coéternelles. 5) Les deux statues sont visibles depuis de nombreuses années. A l'époque romaine, le Bronze B a été endommagé : le bras droit était cassé, et, fait unique à notre connaissance, un second moulage a été effectué après qu'un moulage précis ait été réalisé. 6) Les deux statues ont certainement été réalisées à Argos, dans le Péloponnèse, comme le démontre l'examen des terres de moulage effectué par l'Institut central de restauration de Rome. 7) Des deux statues, exposées depuis longtemps, nous n'avons aucune copie en marbre, sauf une de Rome, actuellement au Musée de Bruxelles, en marbre pentélique, sans tête et mutilée de tous ses membres. Le rythme de la composition semble être celui de la statue de Riace, mais l'absence de tout membre et de la tête ne nous semble pas présenter toutes les caractéristiques d'une sécurité absolue. 8) Les deux statues représentent deux hoplites, ou plutôt un hoplite (Bronze A) et un roi guerrier (Bronze B). 9) Les deux bronzes de Riace ont été conçus pour être vus ensemble, étant délibérément similaires, bien que différents. De ce point de vue, il semble peu probable qu'un artiste, devant réaliser un groupe de quelques statues, les rende toutes semblables, sans jouer sur les différentes attitudes des personnages représentés. 10) Le corollaire de ces certitudes, nous semble-t-il, est l'hypothèse selon laquelle, puisqu'il s'agit d'un groupe de statues placé à Argos, comme en témoignent les terres de coulée, il a quelque chose à voir avec le mythe des Sept de Thèbes, raconté par de nombreux poètes et tragédiens antiques, qui fait figure de "mythe national" argovien, alors qu'ailleurs les sept commandants n'ont jamais reçu de culte public en tant que héros.

image map
footer bg