Cathédrale de Sant'Agata de' Goti... - Secret World

82019 Sant'Agata Dé Goti BN, Italia
0 views

Mirna Show

Description

Un temple païen, dédié à la déesse Tellus (Cérès) ou à toutes les divinités, transformé ensuite en temple chrétien, dédié à l'Assomption, entre les VIIe et VIIIe siècles ? Il s'agit d'une hypothèse à vérifier. Lorsque le diocèse fut rétabli en 970, c'était une cathédrale, richement décorée par l'évêque Adelard (975-999). Un siècle plus tard, sous la domination normande, elle a été entièrement reconstruite dans le style roman. En 1728, déjà endommagé par le tremblement de terre de 1456, la chute du clocher en 1614 et le tremblement de terre de 1688, il a été démoli et reconstruit en style baroque. Il a été rouvert au culte en 1741. Malgré d'importants travaux de restauration en 1877-1879 et d'autres restaurations moins profondes au cours de ce siècle, la structure du XVIIIe siècle est restée inchangée. FAÇADE ET CLOCHER Sur la façade, dont plus de la moitié est occupée par l'atrium, l'ancienne structure n'est pas lisible : elle avait une rosace et seulement une porte d'entrée centrale, Le clocher roman s'est effondré lors du tremblement de terre de 1456. En 1484, elle était déjà reconstruite. Frappé par la foudre en 1588, il est tombé le 22. 11. 1614. Reconstruit immédiatement après jusqu'au deuxième niveau, il fut complété par le troisième et la coupole dans les années 1730-1740. LE PORTICO Construite au début du XIIe siècle avec des blocs, des colonnes et des chapiteaux datant du Ier au IVe siècle après J.-C., elle était également utilisée pour les parlements civils de l'"Universitas Sanctagathensis". Sur la façade principale, il y a une statue de l'Assomption ; sur les côtés, de Sainte Agathe et de Saint Etienne, toutes trois datant de 1796. Les armoiries de Sixte V commémorent ici son épiscopat (1566-1572). LE PORTAIL Datant de la fin du XIe siècle, il rappelle celui de Montecassino et celui de Carinola. L'architrave est relevé ; la lunette, rétrécie. L'archivolte, décorée de feuillages, repose sur deux Ieons. Les portes, agrandies en hauteur, sont de 1647 ; les armoiries, de l'évêque Gandolfo ; dans le médaillon les Titulaires ; l'Assomption, Sainte Agathe et Saint Etienne. INTERIEUR Plan en croix latine ; trois nefs divisées par de lourds piliers ; huit chapelles sur les nefs latérales ; le plafond en bois peint a remplacé celui du 18ème siècle en 1877-1879 : représente le martyre de Saint Etienne, l'Immaculée Conception, le martyre de Sainte Agathe. Les cheminées d'eau bénite datent de 1716 ; le sol de 1907 ; la chaire de 1877 ; les peintures et le marbre des 17e et 18e siècles ; les fonts baptismaux, en forme de grand chapiteau, sont romans. Cliquez pour agrandir l'image CHAPEAUX (A droite en entrant) : 1) de Carmine, avec étage de 1752 ; 2) de la Nativité ; 3) du Saint-Sacrement, avec autel de 1716, tabernacle de 1514, liste des curés de 1983 ; 4) de Sainte Anne, avec un admirable haut-relief, représentant la Sainte Famille, sculpté par Gianbattista Antonini en 1717 - 1718 LE CHORUS Elle était utilisée par 30 chanoines et 12 préposés pour chanter l'office divin. Elle a été sculptée en 1650-1653 par Mastro Alessandro De Rosa, qui, avec une grande force d'imagination, l'a peuplée de visages et d'animaux monstrueux. Dans les années 1740-1750, le siège à baldaquin de l'évêque a été inséré. Le maître-autel, aujourd'hui démonté, fermait le chœur. Conçu par le peintre Tommaso Giaquinto, il a été sculpté par Lorenzo Fontana en 1714. C'est là que saint Alphonse M. de Liguori célébrait la messe pontificale lors des solennités. LA MOSAÏQUE Elle recouvrait la nef et aujourd'hui une partie seulement du presbytère : trois fragments devant l'autel et un grand fragment dans le bas-côté gauche, datable du début du XIIIe siècle. Le grand fragment représente peut-être l'univers (zodiaque) avec les symboles des évangélistes aux quatre coins. LE CRIPTA Depuis la fin du 10e siècle, avec trois absides, il est resté intact. Dix colonnes soutiennent les voûtes croisées et quatre colonnes la voûte de l'abside centrale. Les colonnes et les chapiteaux sont romains, byzantins, lombards et normands. Les fresques, datant du XIVe siècle, expriment un goût ombrien-sénois. CHAPELLES (à droite en sortant) : 1) du Purgatoire, avec un sol datant de 1752 et un autel marqueté ; 2) de l'Incoronata, riche en marbre et en stucs, avec une statue en marbre de 1402 de la reine Marie ; 3) de St Alphonse, avec une liste d'évêques sur une plaque ; 4) du baptistère.